c'est la saison que je préfère, nathalieman, poèmes

C’est la saison que je préfère

Il faisait chaud D’où je venais Quand il a dit C’est la saison que je préfère Les arbres, vertes à peine leurs feuilles Et cette brise hivernale Pendant que tu parles C’est la saison que je préfère Le soleil pour la lumière Et la chaleur du train Les rails qui nous emmène Jusqu’à chez moi.
A nous l'éternité, poème, nathalieman

À nous l’éternité

Point de paradis Au loin Mais voilà Cristaux infaillibles Entre des mains passées. Ma bouche ouverte Crie à l'éternité.   À H.F
je veux, #giletsjaune, nathalie man

Je veux

Je veux le frigo plein Je veux la mer, la montagne, je veux le calme Je veux les arbres, la brise, l’oiseau Je veux la vue, l’horizon Je veux le soleil Je veux les sorties, je veux les amis Je veux les découvertes Que tu gardes que pour toi. Je veux des chaussettes neuves Et des chaussures imperméables Je veux ...
madrid, espagne, valladolid, histoire d'espagne

Madrid-Valladolid

C’est donc ça Le ciel infini sur la terre plate Ce sont ici les batailles Les chutes l’Histoire Et cette lumière qui perdure Rasant l’horizon et mes souvenirs C’est donc ça Mes étés Plus étrangers encore à la lueur d’hiver Ma langue si nette et pourtant si lointaine C’est ici L’absence répétée De mon corps erratique.
hommage à Roger Dubuis, poème, poésie

Tout vieillit autour de moi

A Roger Dubuis 
(1923-2018)

   Parce que toi tu vieillis Plus vite que moi De soixante à quatre-vingt dix Tu as perdu Ce corps qui se dénude devant moi Trente ans ne durent jamais Et ceci est ma dernière danse devant le miroir Quand toi, Tu as sans cesse froid. Pénultième souvenir D’un quotidien Une vie de famille Qui n’en est pas Tu es l’ami de ...
nuit bordelaise, poème, poésie, nathalie man

Nuit bordelaise

Puisse-t-elle ne jamais s’assécher Couler fine tout le long Cette nuit dégringoler Du pressoir à la déraison De la cadence à l’éruption Puisse-t-elle ne jamais s’arrêter.
troisième étage, cité du grand-parc, résidence offenbach, rue pierre trébod, souvenirs, poésie

Troisième étage

J’habitais là où vous ne les voyez plus Derrière vous dernière Partition avant le relogement De toute façon, il n’y est plus L’arbre Ni ce merle matinal La résidence Offenbach a quitté le soleil Je n’ai plus que de lointains souvenirs De pas perdus sur une terre trempée Silences contrariés derrière les volets Et mon visage Tout à coup sec.
nuit sauvage, amour, poésie, poème, astrolabe

Je voulais quelque chose de plus sauvage

Je voulais quelque chose de plus sauvage Une nouveauté dans l’histoire Ce qui ne s’était jamais fait auparavant Ce qui ne se fera jamais plus. Je voulais quelque chose de plus sauvage Ta force plus forte Ta patience plus patiente Ton amour plus profond Je voulais quelque chose de plus sauvage Ta voix qui transpire Dans un regard qui parle Syllabes ...
la jetée, chris marker, poésie

La jetée

Ouverture sur nuit Pieds nus sur la chaussée Le matin s’est retiré Sur un vieux matelas craquelé De langues indéchiffrables. Levée de grues qui se tirent Pendant que tu parles et parles Par où l’Andalousie ? Ce premier arbre où tu t’assommes Et moi qui plonge dans la Garonne. On me retrouvera un peu plus loin Ouverture sur mer Pieds nus sur l’arrivée.

© All rights reserved. Powered by VLThemes.