Carnets de l'inutile

Ed. Le Laboratoire existentiel, Herblay, 2019

À travers ce livre qui file une histoire en courts textes maîtrisés, Nathalie Man nous offre une 
fugue sur le désir jouée en douceur sur une tonalité poétique.

Désirer et ne pas trouver son alter ego amoureux. D’un corps à l’autre, croire à l’échange des
 peaux et des paroles. S’efforcer d’être plus féminine, peut-être. Mais retrouver sa solitude, toujours,
 dans une frustration douce-amère.
 Puis être victime d’une agression raciale. Sentir comme le corps, que l’on souhaite désirable, est
 finalement vulnérable. Le voir cassé et souffrant. Devoir le réparer, se réparer soi-même. 
Et, dans cette réparation, trouver quelque chose qui ressemble à de l’amour. Une sensualité sans
 mots. Dans le cabinet d’un kinésithérapeute.
 Et si ?
©Lelaboratoireexistentiel 2019

Carnets de l'inutile

© All rights reserved. Powered by VLThemes.