Tu mourras deux fois

C’est un corps galant
Sur une herbe drue
Turpitudes qui s’installent
Sur mon esprit serein
L’idée fixe qui accapare
L’œil qui capture
Et une sécheresse maladive.

C’est un corps charmeur
Sur ma peau douce
Trempé de raideurs
Et d’égoïsme
L’inextricable distance
D’une main qui oublie.

Un vase se brise
Le long de mon cœur.
Je t’ai donné mille ans d’histoire
Tu as voulu ma mort,
Tu mourras deux fois.

Laisser un commentaire

© All rights reserved. Powered by VLThemes.