poème le creusot je peux partir maintenant

Je peux partir, maintenant ?

Je peux partir, maintenant ? Elle tient le fil contre la bouche, la larve fébrile par l'abdomen Tout ici se mange, dit-elle, La nuit perlée derrière un rideau décomposé Jusqu'à l'horizon brouillé de buée sur la vitre encore tiède Tout ici se mange, dit-elle Ta main gauche sur le drap blanc Tes joues ronflantes sur le divan Je ...
poème avant la douleur nathalie man décembre 2019

Avant la douleur

L'eau ruisselle et brise encore, lourde Ce corps devant moi Ruisselle et résonne plus fort que le tocsin. Ce jour se lève sans toi. Tu as fermé les yeux avant la douleur.
il aurait fallu, poème, nathalie man

Il aurait fallu

Il aurait fallu Se lever sans rossignol Se coucher sans baisers Pleurer sur un canapé effondré. Il aurait fallu Draper le temps de silicone Craindre, à chaque instant, sa propre mort. Il aurait fallu Salir son corps et partout ailleurs. Que j'aimais la paix, Profonde vallée de fantasmes Et de joies. J'aimais le soleil et la pluie Le vent, et la vie.
étourneaux sur cime d'arbre sans feuilles hiver bordelais nathalie man poésie

Nuit bordelaise

Quand les arbres n’auront plus de feuilles, Quand seules les branches nues retiendront le ciel Je me poserai, noir, sur la cime de l’arbre. Nous serons des dizaines Étourneaux solitaires des grandes villes de demain Chaleurs montantes pour cet hiver sans neige Vies sauvages contre promesses de printemps.
poème par cette fenêtre nathalie man

Par la fenêtre

Par cette fenêtre, J'ai vu le ciel Oiseaux, avions et cris du cœur. J'ai vu le bleu virant au rouge En fonction de la saison Et l'aube blanche d'un futur Toujours rectangulaire. Par cette fenêtre, J'ai pris l'oiseau qui chantait fort : "Par cette fenêtre j'ai vu une femme si solitaire".
Le jour m'est apparu visqueux sous sa fourrure blanche et ses sons lointains Rien que le départ derrière quoi je me tiens, Dernière lumière de la Gare sur un coin de ma main.

Premier jour de gare

Le jour m'est apparu visqueux Sous sa fourrure blanche Et ses sons lointains. Rien que le départ Derrière quoi je me tiens, Dernière lumière de la Gare Sur un coin de ma main.
poème gare saint jean bordeaux nathalie man

Hauteurs

J’ai pris de la hauteur plissé mes cils sur un fil de l’horizon esquivé le caténaire dressé là comme un soldat fui vers une direction que je ne connaissais pas. Sans me foutre en l’air - malgré la tentation, J’ai continué de marcher sur les voies Que d’autres avaient tracées Que, désormais, je voyais net. Fraternelle route, Tu ouvres le ...
poème gare nathalie man poésie macadam

Macadam

Vibrations du macadam Jusqu’au cœur. De là, tous les souvenirs Et ce train que je rate Atone devant la Grande-Halle. Je préfère les voir partir Tandis que je ne bouge pas Et que tout change autour de moi. J’écoute le chant de ma mémoire Cette pluie, fine, que tu délaisses, Ma course glissante sur la chaussée. Jamais l’envie de sauter Ne me ...
poème "fin" de nathalie man

Fin

Tout est parti déjà. Le soleil derrière la voie ferrée L'Océan derrière la ville couchée Ta voix gâchée par les six voies d'une route sinistre Indiquent la fin de l'été. Je crois n'avoir pas dormi de la nuit Pour étirer chaque seconde Refaire le tour des souvenirs. Garder la lumière rouge et les sourires Garder l'angoisse et la tristesse Et ...
Je les retiens poème normandie nathalie man été 2019

Je les retiens

Je les retiens en moi Ce petit bout de bleu Quelques blanches plumes Le vol d'un avion tout près L'écume molle sur le bord de mon pied Bernard-l'hermite sur le rivage se croyant caché Toute cette eau sur moi Et nos mains Qui s'accrochent à ce monceau de sable fin.

© All rights reserved. Powered by VLThemes.

elit. Aenean commodo quis neque. Praesent